Ma mission du jour : EPOUVANTAIL (épisode 1)

Il faut que je vous raconte mon week-end. Samedi et dimanche, j’ai assisté à un séminaire chrétien… Dans séminaire chrétien… il y a « chrétien » ! Donc, ça suppose qu’il va y avoir des chrétiens… pas un… plusieurs !! Je l’avoue, les chrétiens me font flipper !  Mais ça c’est une autre histoire, un autre post peut-être un jour ! Mais bon, le thème du séminaire était « être aimé, savoir aimer ».

Il faut dire que cette question de l’amour me poursuit… pour être plus juste Dieu me poursuit de son amour ! Depuis des semaines, des mois, voire des années, ma prière est : « Seigneur, fais de moi quelqu’un qui aime ». Parce que je suis de plus en plus convaincue que c’est ça qui changera le monde, c’est la manifestation de cet amour divin qui fera basculer l’équilibre.

Donc, moi, ça me dit bien de devenir quelqu’un qui aime… genre tuyau d’arrosage. « Seigneur, tu me branches et moi j’arrose ». Bizarrement, Dieu ne semble pas trop voir les choses comme moi…


 – « Euh, Céleste, c’est bien de vouloir arroser les autres de mon amour… y’a juste un petit souci de sémantique existentiel dans ta demande ! »
- « Ah bon ? Lequel, Seigneur ? »
- « Céleste, tu n’es pas un tuyau… »
- « …. »
- « Tu es ma fille »
- « … »
- « Donc pour que tu deviennes davantage quelqu’un qui aime, il faut que tu entres toi-même davantage dans mon amour, que tu le reçoives, pour toi, juste pour toi ! »
- « Euh, t’es sûr Seigneur ? Y’a pas d’autres moyens ? »
- « Je suis sûr de chez sûr ! »
-  » bon, ben ok Seigneur »

Me voilà donc à prier pour expérimenter cet amour de Dieu. Non pas que je ne le connaisse pas déjà. Mais je sentais bien que ma vie devait être plus imprégnée, chaque parcelle de moi. Donc quand j’ai vu l’annonce de ce séminaire… ça me paraissait pertinent d’y aller. En plus, l’orateur est québécois ! Rien, qu’avec l’accent, j’étais sûr de savourer quelque chose de l’amour de Dieu !

Samedi matin, 10:00, j’entre dans la salle… Y’a plein de chrétiens… mais pas beaucoup quand même, une quarantaine. Pas assez de monde pour me fondre dans la masse et passer inaperçue. Je prends mon air renfrogné (je fais super bien l’air renfrogné !), celui qui dit : « attention, danger, ne vous approchez pas à plus de 10 mètres de moi » (en fait, je suis pas du tout dangereuse, mais je fais croire… j’ai un côté poisson globe, sans le poison qui va avec… du moins, j’espère !). Je dépose mon casque par terre, mon blouson de moto sur le dossier (ça aide bien aussi l’équipement de motard pour mettre en relief l’air renfrogné), et je m’installe… 

V’là not’ québécois qui prend l’parole…
Décidément, j’adore cet accent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>