Ma mission du jour : EPOUVANTAIL (Episode 3)

Je rentre chez moi dimanche soir, le cœur rempli de reconnaissance. La nuit passe. Sommeil agité. Des rêves étranges, pas très agréables. Lundi, je me lève, comme d’habitude… Personne pour me bousculer, comme d’habitude… Sentiment de solitude, comme d’habitude… Et les vieilles rengaines me saisissent, j’ai froid à l’intérieur, comme il fait froid dehors. Cette angoisse lancinante, trop familière, m’étreint. Et je me dis : c’était un rêve ce WE, rien n’a changé. Et si j’avais « inventé » tout ça, que je m’étais fait une sorte d’auto-suggestion, que ces paroles de Dieu comme quoi la récolte allait venir, n’étaient que le fruit de ma propre imagination… Je sens bien que je déraille, que je « glisse du côté obscur de la force »…
C’est alors que la parabole du semeur me revient en tête.
Matthieu 13. 18 à 23. Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur. Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ;  mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente.
Les pierres et les épines m’ont interpellé : manquer de persistance, laisser les « soucis du siècle » étouffer la parole…
La parole vient de Dieu, sans aucun doute. Dieu m’a parlé ce WE. Mais je suis RESPONSABLE de mon terrain. Je dois préserver cette semence. C’est ma responsabilité. Même si ce qui a germé en moi ce WE est encore à l’état de pousse, je ne dois pas mépriser cette petite plante, mais saisir que cette petite pointe verte qui émerge à peine du sol et qui semble si fragile, presque insignifiante, c’est la promesse d’un arbre. Cette petite pousse porte en elle l’ADN d’un arbre, l’arbre du Royaume, comme Jésus nous en parle en Matthieu 13.31.
« Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ.  C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. »
Je veux voir comme Dieu voit. Alors, aujourd’hui, je serai un EPOUVANTAIL-JARDINIER pour chasser les oiseaux qui menacent les graines précieuses, pour ôter les pierres que mon Dieu, jardinier en chef, me montrera, pour arracher les épines, les soucis, les émotions négatives qui me focalisent sur une réalité qui n’est pas celle du Royaume. Car cette semence est vraie, riche de promesses. Je ne suis pas un tuyau, je suis un jardin-source, parcouru de l’Esprit de Dieu, comme dans la genèse. Je suis fille de mon Père céleste.

Esaïe 58.11.  L’Eternel sera toujours ton guide, Il rassasiera ton âme dans les lieux arides, Et il redonnera de la vigueur à tes membres ; Tu seras comme un jardin arrosé, Comme une source dont les eaux ne tarissent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>